Trois femmes qui ont marqué l’histoire du sport

En cette journée internationale de la femme, on tenait à vous présenter trois femmes exceptionnelles! Trois parcours sportifs extraordinaires qui nous montrent comment, à travers le sport, il est possible de déplacer des montagnes et d’obtenir des résultats incroyables. Trois tranches de vie parfois difficiles qui nous ramènent aux principes même du sport: dépassement de soi, détermination et résilience

Première championne olympique féminine originaire du Québec

Sylvie Bernier a commencé à plonger à l’âge de 10 ans et dès ses 14 ans elle intègre l’équipe nationale de plongeon, suivie de près par son entraîneur Don Dion. Elle va créer la surprise lors d’une compétition en 1984 malgré un désavantage important. 

Sylvie s’est présentée aux jeux olympiques de 1984 à Los Angeles avec déjà de nombreuses victoires sur le circuit international de plongeon. Elle réussit lors de cette compétition d’envergure en 1984 à se placer bonne troisième avant d’entamer la finale. Cette finale, elle le savait, allait être difficile face aux équipes féminines américaines et chinoises. 

Un désavantage qu’elle va surpasser avec brio !

Sylvie savait qu’elle gérait plutôt mal la pression lors de ses grandes compétitions. Elle a donc pris la décision de ne plus regarder les pointages affichés pour les autres compétitrices. Dès que l’annonceur maison parlait entre chacun des ses plongeons elle écoutait à la place la trame sonore du film “Flashdance”. 

Elle a établi un record olympique de 530,70 points qui lui a permis de remporter la toute première médaille d’or olympique de l’histoire du Canada en plongeon. 

En 1984, elle devient la première championne olympique féminine originaire du Québec. Les deux Américains et les deux Chinoises terminent entre la deuxième et la cinquième place. 

Sylvie Bernier a reçu le trophée Bobbie Rosenfeld en 1984, remis à l’athlète féminine de l’année au Canada. Une femme qui a su dépasser ses limites à travers le sport en écoutant uniquement son for intérieur.

Chantal Petitclerc, ténacité et résilience incroyable ! 

Quand on parle de ténacité et de résilience, on pense à Chantal Petitclerc ! Victime d’un accident à l’âge de 13 ans à Saint-Marc-des-Carrières au Québec, elle participe à sa première compétition en fauteuil roulant à 18 ans. Classée dernière, ce fut pourtant à ce moment précis qu’elle a découvert sa passion pour la course. 

La suite est… comment vous dire… ÉPIQUE et impressionnante ! 

Chantal Petitclerc est l’athlète paralympique la plus titrée de l’histoire canadienne. Elle a battu tous les records ! 21 médailles en cinq jeux paralympiques en plus de détenir quatre records du monde et cinq records paralympiques. 

Chantal est une femme qui, à travers les époques et le sport, continue d’inspirer les jeunes athlètes. D’ailleurs, elle est conférencière et motive les gens à faire face à l’adversité. 

Elle a reçu plusieurs nominations comme sa nomination de Chevalier de l’Ordre du Québec en 2005.  Elle a aussi été reconnue comme la personnalité de l’année par le journal La Presse en 2004 et elle a reçu le Prix international Laureus. 

Émilie Castonguay, du hockey féminin 

Émilie Castonguay est originaire d’Outremont, elle a fait ses débuts au hockey mineur à l’âge de 7 ans. En 2005, elle obtient une bourse pour rejoindre les Purple Eagles de l’université de Niagara, à Buffalo. Elle va y passer 4 ans et sera capitaine dès sa troisième année. 

Emilie se considérait comme une joueuse de troisième trio pour ce programme. Pourtant, son impact va réellement changer les choses comme l’avait observé son entraîneuse de l’époque, Margo Page. 

« Émilie, c’était une personne extraordinaire qui était capable de combler n’importe quel rôle, a raconté celle qui dirige aujourd’hui le programme de hockey féminin de l’Université Brock, en Ontario. Je me rappelle qu’elle était très cérébrale, intelligente et qu’elle avait une compréhension du jeu au-dessus de la moyenne. C’était une pièce extrêmement importante pour notre vestiaire. Tout le monde lui faisait confiance.» – Margot Page, ancienne coach de l’équipe Purple Eagles. 

Un drame qui changera tout 

C’est l’été 2008 que Emilie perd sa sœur Valérie, victime d’une erreur médicale. La veille du drame, Valérie disait à sa sœur qu’elle dirigerait un jour l’équipe de Hockey des Canucks. Cette dernière conversation et la solidarité témoignée par ses coéquipières des Purple Eagles marquera à jamais Émilie. 

Retour au sport: un courage et une détermination sans faille

Malgré une opération à l’épaule et le décès récent de sa sœur, Émilie est retournée auprès de son équipe toujours en tant que capitaine. Un courage et une détermination observée par son ancienne coach Margot Page qui fût très surprise de la revoir. 

« J’étais très surprise de la revoir. Elle était revenue et avait repris là où elle avait laissé. On n’avait jamais vraiment senti qu’elle était différente parce qu’elle était tellement déterminée à réussir. C’est pourquoi je ne suis pas surprise du tout de la voir où elle est. Émilie va aller où elle veut dans la vie. Il n’y a pas de limite à son potentiel. » – Margot Page, ancienne coach des Purple Eagles

Émilie obtient son diplôme en finance-marketing à Niagara, puis elle est revenue au Québec pour entamer des études en droit à l’Université de Montréal. 

Un destin brillant, le hockey jamais loin… 

Le hockey faisait décidément partie de son destin, car en 2013 elle rencontre le directeur général du Canadien de Montréal, Pierre Gauthier. Il lui conseillera d’essayer le métier d’agent et il deviendra pour Émilie un vrai mentor. Elle fera son entrée chez Momentum Hockey, une agence alors dirigée par Christian Daigle. 

Elle a commencé avec pour seule cliente, Marie-Philip Poulin. Un jour, Christian avait besoin de quelqu’un pour gérer les communications avec la LNH et les commandites; il lui a confié ce rôle. Émilie a aussi pris en charge un jeune joueur de hockey à l’époque Alexis Lafrenière. 

Son analyse et expertise pointue du jeu de hockey lui ont permis de gagner le respect de ses pairs. En 2021, elle prend le contrôle de Momentum Hockey avec Olivier Fortier. Emilie nous montre que le sport est une véritable leçon de vie qui permet aux femmes de réaliser tout ce qu’elles souhaitent.

Tout récemment, Émilie Castonguay a quitté le Momentum Hockey et a été embauchée par les Canucks de Vancouver. Comme lui avait dit sa sœur: “ Un jour tu dirigeras l’équipe professionnelle de Hockey des Canucks “ 

CHANV vous souhaite une belle journée internationale de la femme

A travers ces trois portraits nous retrouvons certaines valeurs qui font échos à l’équipe féminine de CHANV: “Esprit d’équipe, solidarité et bienveillance”. 

Chez CHANV nous avons à cœur de participer à certains évènements sportifs locaux pour garder une équipe soudée et nous maintenir en forme. D’ailleurs, CHANV commandite la course “Des Chênes-Toi!” qui aura lieu le 22 Mai 2022. Toute notre équipe va participer à ce grand évènement de Drummondville. Alors n’hésitez pas à vous inscrire et nous rejoindre, car ensemble nous pourrons aller encore plus loin.

Crédit photographique NABI

Vous l’aurez compris, la santé et le bien-être des gens font partie de notre ADN, c’est pourquoi, nous fabriquons des soins corporels nordiques naturellement performants. Quoi de mieux pour détendre vos muscles courbaturés que notre Crème musculaire CHANV. Grandement appréciée depuis plusieurs années, elle tire sa force de son haut pourcentage d’arnica (10%) en comparaison aux marques populaires qui en contiennent moins de 5%. Ajoutez à cela, sa synergie parfaite avec notre huile de chanvre nordique et vous obtenez le meilleur soin relaxant après l’effort ou pour vos fins de journées difficiles.  

Pour profiter d’un apaisement naturellement puissant de vos muscles en profondeur, appliquez la crème en effectuant un massage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *